Bibliographie de la bioéthique

L'intérêt supérieur de l'enfant

Collectif PMA-GPA
http://www.librairietequi.com/A-66517-l-interet-superieur-de-l-enfant.aspx
Novembre 2019
304 pages
Du droit protecteur au caprice égoïste. « Celui qui scandalisera un de ces petits qui croient en moi, il vaudrait mieux qu’on lui attachât au cou la meule qu’un âne tourne et qu’on le précipitât au fond de la mer… » Par cette citation de saint Matthieu, le cardinal Rodé, donne l’esprit de cet ouvrage dirigé par le Pr Joël Benoît d’Onorio avec la participation de six  juristes catholiques. C’est un livre précieux non seulement à lire, mais aussi à conserver et à partager. En effet, dans une conjoncture dominée par un nominalisme insidieux et menacée par un individualisme galopant, il est essentiel de se donner les moyens de juger et d’apprécier les évolutions majeures de notre société. Il s’agit ici des droits de l’enfant ; or, une civilisation vaut ce que valent la protection et les soins qu’elle apporte à ses enfants, à leur éducation, à leur protection ; nous sommes issus d’une très ancienne tradition chrétienne qui a influencé fortement notre politique et nos institutions, et notre droit en a été profondément imprégné. Il en a résulté au fil du temps un corpus juridique respectueux et protecteur de l’enfant. Les auteurs de cet ouvrage explorent des domaines aussi différents que le droit civil, la bioéthique, le droit de la santé, le droit pénal, le droit international ; tous nous montrent que les dispositions protectrices s’effritent, et que l’enfant est menacé dès sa conception, dans son éducation, et même dans les cas où sa santé est compromise et sa vie physique et morale est en danger. Il apparaît, sous la plume de ces spécialistes, que le droit est peu à peu dévoyé sous l’action de la jurisprudence délétère des plus hautes instances nationales telles que le Conseil d’Etat, la Cour de Cassation, à l’imitation docile des instances internationales telles que la Cour Européenne des droits de l’Homme, et les divers comités de Nations Unies. Les décisions de ces cours malfaisantes sont préparées et relayées par le matérialisme ambiant, la culture du caprice, une vision réifiée du fœtus, la remise en cause répétée de l’objection de conscience, et, d’une manière générale, l’exaltation d’un individualisme immature favorisé par une baisse significative de la rigueur intellectuelle à tous les niveaux, y compris les plus hauts niveaux politiques. Ce n’est pas seulement le sort de l’enfant dans notre société qui est en jeu, c’est l’avenir de notre civilisation toute entière qui est ici mis en question, avec honnêteté et pertinence.  

Euthanasie, l’envers du décor

Timothy Devos Fin de vie
Editions Mols - Autres regards : http://www.editions-mols.eu/publication.php?id_pub=191
Octobre 2019
240 pages
L’euthanasie est dépénalisée chez nos voisins belges depuis 2002 ; une loi, dans le but annoncé d’éradiquer les pratiques clandestines, définit un encadrement du processus de décision et de mise en œuvre, et peut exercer un contrôle a posteriori du respect de ses dispositions.   Le présent ouvrage se présente à la fois comme un état des lieux après dix-sept ans d’application effective de la loi de 2002, et comme un vibrant plaidoyer en faveur de l’objection de conscience et du respect de la vie.   Au long de neuf chapitres rédigés par des praticiens de spécialités variées, mais tous confrontés personnellement à l’euthanasie, nous partageons leurs expériences, leurs interrogations, leur souffrance même et aussi leurs belles convictions d’hommes et de femmes engagés au service de leurs patients. De nombreux témoignages concrets vivants et émouvants viennent illustrer leurs propos.   Signalons d’abord « l’effet euthanasie » dans le monde médical et parmi les patients ;  l’application d’une telle loi alimente la surenchère des revendications visant notamment à ériger l’euthanasie en droit inaliénable de l’individu ; simultanément, elle exerce un effet corrupteur dans les esprits et par voie de conséquence dans l’usage des antalgiques, des sédatifs et dans l’éthique des soins palliatifs ; du coup, l’objection de conscience est stigmatisée, et on assiste à une instrumentalisation du médecin par la société, et à la montée d’un paternalisme mortifère à l’égard des patients réputés « éligibles » à l’euthanasie.   En défense, l’ouvrage propose une éthique de respect de la vie fondée sur une démarche professionnelle  rigoureuse, sur la prise en compte du point de vue du patient, et la recherche d’un choix concerté pour son accompagnement, particulièrement en fin de vie ; le tout en privilégiant l’écoute et une relation de qualité avec le patient.   Allant plus loin encore, le docteur Beuselinck préconise de s’inspirer de la « quête du sens » du fondateur de la logothérapie, le médecin-philosophe viennois Viktor Frankl,  et notamment de ses trois catégories de raisons de vivre : sens de l’accomplissement, sens de l’amour, sens de la souffrance.   Cet ouvrage de haute tenue mais passionnant à lire est à recommander particulièrement aux futurs médecins et infirmiers, qui seront fatalement un jour confrontés la question de l’euthanasie.  

Made in Labo - De la procréation artificielle au transhumanisme

Dominique Folscheid Transhumanisme
Le Cerf : https://www.editionsducerf.fr/librairie/livre/18697/made-in-labo
Octobre 2019
pages
Nous vivons une profonde crise anthropologique. En 1968, la grande question était : « Comment faire l’amour sans faire d’enfants ? ». Elle s’est retournée depuis 1978, année de naissance du premier bébé-éprouvette, en : « Comment faire des enfants sans faire l’amour ? » – révolution inouïe au regard de l’histoire de l’humanité. La fabrication de ce bébé, conçu hors du corps humain, a peut-être ouvert la boîte de Pandore. Devenu accessible, notre génome est aussi devenu manipulable, modifiable, en attendant que les adeptes du transhumanisme le réécrivent pour produire un homme nouveau, un « posthumain » libéré des tares de notre condition, limitée et mortelle. Preuve est ainsi faite que l’engendrement, qui assure la transmission par la filiation, fait obstacle à la création. Celle de l’individu par lui-même, comme celle de la « posthumanité » rêvée. C’est cette effroyable dérive de notre civilisation que Dominique Folscheid analyse, alliant comme personne connaissance scientifique et réflexion philosophique.  Un essai percutant, pour combattre dès aujourd’hui les cauchemars de demain.

Marie-Lys, notre "enfant soleil"

Vanessa Cordier Tous les autres thèmes
Le Centurion : http://editions-lecenturion.fr/fr/produits/produit/211/marie-lys-notre-enfant-so...
Septembre 2019
192 pages
Quel est le quotidien d’une Maman qui se bat pour son enfant ? Face à la maladie, au handicap et à la mort, en s’adressant à sa petite Marie-Lys, Vanessa nous ouvre son cœur de Maman et son parcours spirituel. Elle passe par toutes les phases, confie les marques d’affection, les attentions de l’entourage qui l’ont touchée et portée. Celles qui l’ont dérangée. Utile pour chacun car nous connaissons tous dans notre entourage une personne qui se bat contre la maladie et nous nous demandons bien souvent comment l’aider.   Quelle place pour la fragilité aujourd’hui ? La maladie a-t-elle un sens ? Vanessa partage sa plongée dans la philosophie et dans la théologie pour trouver des réponses. Dans ce livre, pas de faux semblants. Chaque phrase sort de ses tripes. Avec sa fille Marie-Lys, Vanessa a découvert la vraie joie, celle qui est compatible avec les embûches. On sort de ce témoignage grandi, comme si on avait mûri.

Attendre et espérer

Olivier Mathonat PMA-GPA
Emmanuel : https://www.editions-emmanuel.com/catalogue/attendre-et-esperer/
Juin 2019
175 pages
Un témoignage délicat sur le parcours psychologique et spirituel d’un couple sans enfants. Ni larmoyant ni impudique, ce livre écrit par Olivier Mathonat nous retrace l’histoire de son couple depuis son mariage face à l’épreuve de l’infertilité.  Il nous offre une réflexion profonde sur le passage d’une vie subie, pleine de douleur, à une vie où les choix posés sont librement consentis : le couple, bien qu’infertile, se révèle fécond. Un magnifique témoignage d’espérance, qui peut être utile non seulement aux couples confrontés à l’infertilité mais aussi à leur entourage et plus largement à chacun d’entre nous.  

Le débat confisqué

Christian Flavigny PMA-GPA
Editions Salvator : http://www.editions-salvator.com/A-27016-le-debat-confisque.aspx
Juin 2019
184 pages
Du bon sens en psychiatrie. Voici un psychiatre qui nous administre une leçon de bon sens, tout en conservant sa démarche de médecin spécialisé. C’est en tant que praticien en effet qu’il réagit face à cette ébullition de désirs dictatoriaux  instrumentalisés juridiquement qui tend à nous imposer, sous peine de passer pour des ringards, réactionnaires, homophobes et autres joyeusetés, de mirifiques nouveautés « sociétales ». Pour les unes, il s’agit de susciter l’apparition d’orphelins de père avec la PMA, préludant infailliblement à celle d’orphelins de mère nés d’un trafic d’utérus avec la GPA, grâce aux autres, nous voyons se profiler dès à présent des êtres au sexe incertain et oscillant,- mais librement choisi !- avec les études de genre, le tout dans une ambiance délétère d’agressivité et de dénonciation.   En bon disciple de Freud, notre auteur soutient que la dissolution de l’image du père et de toute la symbolique qui lui est attachée, crée les conditions d’ouverture de la guerre « fratricide » des sexes, laquelle a déjà commencé avec les mouvements féministes qui se déploient actuellement (balance ton porc, Metoo, etc). C’est toute la cohérence du tissu social qui est menacée, comme nous le démontre pertinemment Christian Flavigny, notamment en dénonçant le rôle pervers d’un certain juridisme ayant pour fonction de démontrer n’importe quoi.   L’une des remarques les plus intéressantes de ce petit livre qui en contient beaucoup : notre droit est de plus en plus influencé par le droit anglo-saxon, à cette différence près qu’en France la laïcité interdit toute référence religieuse, ce qui achève de le dessécher.   Cet ouvrage a le mérite de prendre un recul salutaire par rapport à l’étouffant conformisme intellectuel de notre époque.

Pages