A Barcelone, une femme enceinte d'un bébé « à trois parents »



Une nouvelle grossesse « à trois parents » a été tentée par des chercheurs espagnols. La femme enceinte, 32 ans, est grecque. Elle a déjà subi quatre tentatives de FIV, qui ont échouées toutes les quatre. Les chercheurs d’Embryotool, de l’Université de Barcelone, sous la direction de Nuno Costa-Borges, ont cherché à pallier son infertilité en utilisant la technique de la FIV « à trois parents ». Elle est actuellement enceinte de 27 semaines.

 

Cette technique consiste à féconder un spermatozoïde avec un ovule dont le noyau vient d’une femme et l’ADN mitochondrial d’une autre. Le but était initialement de créer un bébé lié génétiquement à ses parents, sans que la mère ne transmette au bébé sa maladie génétique portée par les mitochondries. Une première grossesse à trois ADN a été menée à terme en 2016 au Mexique.

 

Cette deuxième grossesse a été annoncée le 17 janvier sur le compte twitterdu Parc Científic de Barcelona. Cette fois, les chercheurs ont fécondé un spermatozoïde avec l’ovule d’une donneuse, dont l’ADN du noyau a été remplacé par celui de la mère.

 

Les chercheurs ne comptent pas en rester là : vingt-quatre femmes sont en cours d’essais, et huit embryons « à trois parents » sont déjà congelés en attente d’implantation. La technique étant interdite en Espagne, comme dans la majorité des pays, les recherches vont se poursuivre en Grèce.

 

Pour aller plus loin :

Vers l'autorisation de la Fiv à "3 parents" en Australie ?

Les "bébés à 3 parents" : vers une légalisation de la technique à Singapour ?

Royaume-Uni : Premières FIV à trois parents

Naissance des suites d’une « FIV à trois parents » : réactions

FIV à trois parents : naissance en Ukraine

Un bébé, 3 ADN, 3 transgressions

FIV à trois parents : John Zhang épinglé par la FDA

 


Sources: 

Science & Vie, Fiorenza Gracci (24/01/2019) - Bébés "à 3 ADN" : premier succès de la technique pour traiter l'infertilité

Photo : Pixabay/DR