« Avoir un enfant porteur de trisomie 21, personne ne devrait en avoir peur »



Au Royaume-Uni, Louise Johnson a décidé de prendre la parole pour sensibiliser la société sur la trisomie 21.

 

Il y a six ans, elle accouchait de jumeaux, Thomas et Jacob, dont l’un était porteur de trisomie 21. Rien n’avait été dépisté au cours de la grossesse, le médecin lui a alors demandé si elle voulait le laisser aux services sociaux : « Quand ils m'ont demandé si je voulais toujours le ramener à la maison, il m'a fallu une minute pour enregistrer ce qu'on me demandait. J'étais stupéfaite... ça ne m'avait pas traversé l'esprit une seule seconde que mes deux jumeaux ne reviendraient pas à la maison », a-t-elle témoigné.

 

Aujourd’hui, la mère de cinq enfants craint que la banalisation du dépistage prénatal n’entraine une augmentation des avortements. Elle a donc choisi de témoigner de sa vie avec ses deux fils qui « sont deux beaux petits garçons qui s’adorent et aiment leur famille ». « Avoir un enfant porteur de trisomie 21 - il est simplement comme vous et moi,  personne ne devrait en avoir peur », écrit-elle sur son compte Facebook. « Je sais que je ne pourrais pas vivre sans lui. Si j'avais su avant sa naissance que Jacob était porteur de trisomie 21, il n'y aurait eu aucun moyen sur terre pour que je m'en débarrasse. Je l'aime de tout mon cœur ».


Sources: 

Daily Mail, Nick Enoch (24/11/2017)