Aux Etats-Unis, le nombre des transplantations d’organes en croissance



Le bilan 2017 du don d’organes aux Etats-Unis dressé par le Réseau Uni pour le Partage des Organes[1] est à la fois « optimiste et inquiétant ».

 

Au cours de l’année 2017, des organes ont été prélevés sur 10 281 donneurs décédés, soit « une hausse de 27% sur les 10 dernières années ». Ces prélèvements ont permis 34 768 greffes, un  « nouveau record » pour les transplantations d’organes aux Etats-Unis, plus particulièrement pour les quatre greffes les plus courantes : reins, foie, cœur, poumons.

 

Selon le docteur David Klassen, médecin en chef de l’UNOS, puisque « le nombre de transplantations est directement lié au nombre de donneurs », il a fallu évoluer dans l'évaluation de « qui peut être un donneur ». Par exemple, les organes de personnes décédées porteuses de l’hépatite C n'étaient pas greffés auparavant. Ils le sont désormais ; le receveur reçoit ensuite un traitement contre la maladie.

 

L’augmentation des donneurs est aussi liée au nombre de personnes décédées par overdose : ils sont en « meilleure santé et plus jeunes », ce qui fait d’eux des « donneurs d’organes » recherchés. UNOS rapporte également une hausse de prélèvement d’organes sur les personnes de plus de cinquante ans et sur les personnes décédées à cœur arrêté[2].  

 

115 398 personnes attendent toujours aux Etats-Unis une greffe et UNOS estime que « toutes les dix minutes une nouvelle personne s’ajoute à la liste d'attente ».

 

 

[1] UNOS (abréviation anglaise): Organisation à but non lucratif qui gère le système de transplantation d’organes aux Etats-Unis sous contrat avec le gouvernement fédéral.


Sources: 

Time, Alexandra Sifferlin (10/01/2018)