Au Pérou, une procédure judiciaire entamée pour des stérilisations forcées



Le parquet général entame une procédure judiciaire contre l'ancien président Alberto Fujimori et trois de ses anciens ministres de la Santé, pour des stérilisations forcées pratiquées au cours de son mandat.

 

Les faits remontent à plus de vingt ans : en 1996 pour réduire le taux de natalité au Pérou, le gouvernement Fujimori a lancé un programme de planification familiale. Ce programme comprenait notamment des chirurgies gratuites et des ligatures des trompes pour des femmes « volontaires ».

 

La procédure s’appuie sur le cas de cinq femmes, dont certaines sont décédées à la suite de ces stérilisations. Cependant, l’ONG Demus a retrouvé 2 164 cas de stérilisations forcées sur des femmes de milieux défavorisés et résidant le plus souvent en zone rurale. Un registre national a d'ailleurs été créé en 2015 afin de les recenser.

 

Le président Kuczynski avait promis d'indemniser les victimes et parlé de « crime contre l'humanité », mais rien n’avait été encore fait lors de sa démission en mars dernier.


Sources: 

RFI, Eddy Ramos  (26/04/2018)