Au Canada, + 30% de demandes d’aide médicale à mourir au second semestre 2017



Santé Canada[1] vient de publier les chiffres de l’évolution de l’aide médicale à mourir l’autorisation de cette pratique par les lois de décembre 2015 au Québec (cf. Québec : "l'aide médicale à mourir" en pleine explosion) et de juillet 2016 pour le reste du pays (cf. Canada : le Parlement suivra-t-il la Cour Suprême sur l'aide à mourir ?).

  • Selon ce rapport, 3714 Canadiens ont demandé l’aide d’un médecin ou d’une infirmière pour mettre fin à leurs jours. Durant le second semestre 2017, 1525 Canadiens ont reçu l’aide médicale à mourir, soit une augmentation de 30% par rapport au premier semestre 2017.
  • La majorité des demandeurs était âgée de 56 à 90 ans, la moyenne d’âge étant de 73 ans.
  • La cause la plus fréquente des demandes est le cancer (65%).
  • 43,3% des demandeurs sont morts chez eux, 40,5% dans un établissement hospitalier, les 16,2% restants sont décédés pour la plupart dans des établissements de soins de longue durée, des centres de soins infirmiers, des centres de soins palliatifs.
  • Ces décès représentent 1,07% de l’ensemble des décès survenus dans l’ensemble du pays au cours des six derniers mois.

 

En conclusion de cette analyse, le ministre de la Santé, Ginette Petitpas Taylor, a déclaré que « le gouvernement reconnaît l'importance de la surveillance continue et de la production de rapports sur l'aide médicale à mourir afin de dresser un portrait national de sa mise en œuvre dans l'ensemble du Canada ».

 

Pour aller plus loin :

Aide médicale à mourir au Québec : un an après sa légalisation, le bilan

Aide à mourir au Québec : des médecins objectent

Au Québec, le suicide assisté confronté à la réticence des médecins

Au Québec, « les soins de fin de vie ne peuvent se limiter à l'accès à l'aide médicale à mourir »

Euthanasie au Québec : un "geste faussement qualifié de soin" qui "impacte le médecin qui le pratique"

 

[1] Santé Canada, dépend du ministère de la Santé, c'est le ministère fédéral responsable d'aider les Canadiennes et les Canadiens à maintenir et à améliorer leur santé, tout en respectant les choix individuels et les circonstances.


Sources: 

CBC, Kathleen Harris (21/06/2018), RCI, Stéphane Parent (22/06/2018).