IVG en France: état des lieux



 Selon une étude publiée vendredi 21 juin par la Drees, le service statistique des ministères sociaux, "le nombre d'avortements est resté stable en France en 2011". Il s'élève à 222 500, dont 13 200 en outre-mer. En revanche la part des IVG [interruption volontaire de grossesse] médicamenteuses ne cesse d'augmenter, au point d'atteindre 55% du total des IVG. La Drees ajoute que "d'après les données provisoires, les IVG n'ont pas augmenté non plus au cours des derniers mois de 2012".  

 

Globalement, "le taux moyen de recours à l'IVG en France est de 15,1 pour 1000 femmes de 15 à 49 ans" et "c'est parmi les femmes de 20 à 24 ans [que ce taux] est le plus élevé": 27 pour 1000 en métropole et 50 pour 1000 en outre-mer. 
Enfin, la Drees souligne que "ce nombre d'IVG, y compris chez les plus jeunes, ne s'explique pas principalement par un défaut de couverture contraceptive", précisant que 91% des femmes sexuellement actives déclarent employer une méthode contraceptive. La Drees précise que "les femmes connaissent de mieux en mieux la contraception d'urgence (pilule du lendemain et du surlendemain) et l'utilisent de plus en plus".

 

Note de Gènéthique: Il faut cependant noter que les pilules du lendemain ou du surlendemain, peuvent avoir un effet abortif lorsqu'elles sont prises après l'ovulation, puisqu'elles empêchent la nidation de l'embryon déjà conçu dans la muqueuse utérine. Or cet élément n'est pas pris en compte dans l'évaluation du nombre d'IVG.  
 


Sources: 

 AFP 21/06/2013